Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le carnet de TheRidge

Le carnet de TheRidge

Menu
Poésie et Cie 2

Poésie et Cie 2

Et... le lundi 19/10 2015;

Aujourd'hui, comme je l'avais fait il y a pas longtemps, je vais réecrire un article sur l'écriture car pour moi, c'est vraiment quelque chose où on peut s'éxprimer avec des mots et une plume...

La suite de " Le cavalier et moi" tout de suite!

Le cavalier et moi! ( suite)

     Les yeux à demi-clos, j’essayais de me relever pour pouvoir regarder où je suis. Je ne savais même pas où je me trouvais, il n’y avait ni ma maison ni le village ! Pas de trace d’il y a … je ne savais même pas combien d’heures s’étaient écoulées. Je réussis à me mettre sur pied et commencai à étudier l’endroit bizarre. Il n’y avait rien de stupéfiant, à part quelques arbres un vieux toboggan en métal rouillé, et une bâtisse imposante dressée devant moi. J’avancais et il y eut une étendue d’herbe sèche… Un hennissement étrange se fit entendre. J’eus froid dans le dos en entendant cela ! Mais je pris tout mon courage pour aller droit devant moi, vers un champ. Il y avait à côté un vieux camion autrefois blanc, mais qui a pris la couleur de l’herbe jaunie par le soleil estival. Ce jour-là il y avait plus de nuages et de grisailles que de soleil. Tant pis. Le grand champ s’offrit à moi. En temps normal j’aurais couru jusqu’au fond mais là, les conditions n’étaient pas pareilles.

 

     Je rebroussai chemin jusqu’au camion, et voulus ouvrir la fenêtre du véhicule. Un coup sec m’indiqua qu’on le tenait sûrement fermé de l’intérieur. Je ne voulais pas embêter plus ce qui fermait cette fenêtre. Je m’avançais vers ce champ qui me faisait peur. Il y avait une atmosphère très tendue et un peu angoissante, à cause des forêts d’orties qui se tournaient toutes vers moi, comme pour m’accueillir.

 

     Je fis un pas vers l’avant et c’est à ce moment-là que j’entendis encore le Hennissement à glacer le sang. Cette fois-ci , il y avait, dans ce cri, un mélange de peur et d’envie de faire peur. Je ne pus que courir vers l’avant, en m’égratignant les jambes et les chevilles. Des bouts de bois ça et là faisaient obstacle mais avec l’effort je m’en fichais. Je m’arrêtais pour reprendre mon souffle, au milieu des orties et de la terre rouge. Et derrière moi, j’entendis des bouts de bois craquer. Je me retournai et, avec surprise je me retrouvais face à un immense Cheval , en bronze semblait -t-il, et le cavalier juché sur son dos. Je me retins pour crier. Le Cavalier avance et, en un éclair, il disparut. Je crus d’abord à une hallucination, mais c’était bien réel . De petits morceaux de bronze tombèrent doucement au sol. Il n’y a que de la poussière qui m’entoure. C’est terriblement stressant. Je me tourne vers l’horizon et aperçois une masse noire s’envoler vers les nuages. Et je m’écroulai, inanimée sur le sol.

     C’était un de ces moments qu’on ne peut oublier. Jamais plus je ne sortirais dehors après une tempête aussi incroyable que celle d’il y a un mois. Et encore était- elle réelle ?

 

Voilà, j'espère que cette histoire vous aura plu, et que elle est pas trop mal écrite! N'hésitez pas à donner votre avis en commentaires!!

Maintenant, parlons peu mais parlons bien.

Avez vous déjà essayé d'écrire, ne serait- ce qu'un petit bout de poème, ou d'histoire? Et bien sachons que ce n'est pas très facile! Pour moi, les sujets d'écriture viennent tout seuls, sur quelque chose m'ayant marquée...Par exemple, " Charade en rimes mais c'en est pas une" ( poème de l'article "poésie et Cie") m'est venu quand j'étais sur l'ordinateur en train de m'ennuyer!

comme quoi, l'inspiration se trouve partout, sans qu'on le sache.

Sur cette dernière phrase, je vous dis:

Bien à vous,

TheRidge!

Poésie et Cie 2